Villégiature au bord du lac Kol Ukok

Chroniques des incommensurables riens (1)

Il nous faut apprendre à sortir de l’attitude consumériste, des horaires, des emplois du temps. Nous ne sommes pas partis pour collectionner les sites et les paysages, pour nous en gaver comme on se gaverait de hamburgers ; nous sommes là pour vivre pleinement les secondes, les minutes, mortel folâtre, sont des gangues qu’il ne faut pas lâcher sans en extraire l’or.

Nous ne sommes pas en vacances, nous ne sommes donc pas contraints par le carcan étriqué de 15 petits jours de congés. Nous avons le temps. Nous pouvons prendre le temps. Nous commençons à peine à le comprendre et à agir en conséquence.

Et cela a vraiment commencé ces derniers jours au bord du lac Kol Ukok. 5 heures de marche pour l’atteindre, à 3014 mètres d’altitude. Au-dessus, il y en a, paraît-il, un autre, plus petit et plus beau. Nous n’y sommes pas allés. Nous nous sommes arrêtés sur les rives sauvages du premier, loin du camp de yourtes à touristes quatre kilomètres plus loin. Et nous sommes resté là « à ne rien faire ».

Imaginez…

Être allongé à la romaine sous un dais improvisé, à même les fleurs, entendre le ballet des insectes, le sifflement d’alarme des marmottes et ne rien faire d’autre que de sentir le monde.

Prendre un bain dans les eaux pures d’un lac glaciaire.

Rire. Lire. Écrire. Boire un thé. Construire des cairns à forme humaine.

Chercher des minéraux pour le plaisir des yeux. Observer les insectes, les oiseaux. Considérer la lenteur des nuages.

Voir un arc-en-ciel épouser la courbe d’une montagne.

Contempler le couchant.

Contempler l’aube.

Dans la pleine conscience de l’instant…

Un peu de temps qui passe…

10 réflexions sur « Villégiature au bord du lac Kol Ukok »

  1. C’est bonheur de vous suivre, de se laisser à rêver, de sentir et d entendre presque… De ne pas rester dans notre tout est fichu… Merci encore…

  2. Recoucou. Merci pour ces images qui fascinent et pour ces photos de vous qui donnent vie. Profitez de chaque instant pour remplir votre tête de beau et de bon. Vous allez rentrer immensément riches de tout cela. Bonne suite à vous deux. Gros bisous.

  3. Célia, Alain , bonjour quel bonheur de découvrir que notre planète est vraiment belle, à travers vos yeux c’est encore plus féerique. Vos souffrances parfois ,sont bien récompensées de découvrir de tels lieux. Merci pour ces magnifiques cartes postales ,profitez pleinement de ces bons et beaux moments pour continuer la suite de vos aventures. Bon courage j’ai hâte de vous retrouver pour d’autres endroits ou situations. Grosses bises .

      1. Salut Alain et Célia
        Profitez bien de ces merveilleux paysages et des rencontres enrichissantes que vous pourrez faire et de découvrir la manière de vivre des autres peuples.
        Grosses bises.
        Chantal & Raymond
        PS: Au sujet des minéraux verts inclus dans du granit d’après mes vieux souvenirs de lycée je pense à de l’amphibole.

        1. Merci à vous!
          Oui, Raymond, il se peut que ce soit de l’amphibole. Je regrette de ne pas avoir une carte géologique du pays!
          Bises!
          Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 16 =