Les constantes de Trek

Les constantes de Trek ont été énoncées par Marius Jeronimus Trek dans les années que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Marius Trek a reçu le prix Nobel de Randonnée et autres Divertissements pédestres pour l’ensemble de ses travaux. Pour ceux qui, néophytes ou incultes en matière de trek, ne connaîtraient pas ces constantes, nous les rappelons ici pour l’édification de tous, telles qu’elles ont été énoncées par le grand Marius, c’est-à-dire dans le plus grand désordre.


– Constante définitionnelle: en trek, la vie est réduite à des fonctions et activités essentielles: marcher, manger, boire, dormir, s’émerveiller.

  • Constante 1: En trek, quand tu crois être arrivé, ben en fait tu n’es pas arrivé. Variante de la constante 1: quand tu crois qu’il n’y a plus de chemin, il y a encore du chemin.
  • Constante 2: corollaire de la constante 1: Attention, un épaulement peut en cacher un autre.
  • Constante 3: en trek, quand tu cherches un truc dans tes poches, il n’est jamais dans la bonne. Par exemple, si tu cherches ton mouchoir parce que tu as la goutte au nez, il est très certainement dans la poche de la doudoune que tu portes sous ton Goretex: pour y accéder, il te faudra d’abord ôter ton sac-à-dos puis ouvrir ton Goretex. C’est à ce moment-là que tu te souviendras que ton mouchoir est en fait dans la poche de ton pantalon…
  • Constante 4, corollaire de la constante 3: quand tu cherches un truc dans ton sac à dos, il n’est jamais là où tu crois. Et quand tu as en vain vidé ton sac à dos, tu retrouves le truc dans la poche de ta veste.
  • Constante 5: en bivouac, lorsque bien au chaud on fond de ton duvet, tu es soudain pris d’une envie de pisser, n’espère pas qu’elle passe. Variante de la constante 5: en bivouac sous la pluie, lorsque bien au chaud au fond de ton duvet, tu es soudain pris d’une envie de pisser, n’espère pas que la pluie cesse, ni ton envie de pisser d’ailleurs, car tout ce qui est liquide doit couler.
  • Constante 6: lorsque la pluie commence à tomber, n’attends pas pour mettre ton pantalon de pluie sinon tu seras trempé.
    Corollaire de la constante 6: lorsque tu as froid, n’attends pas pour mettre un vêtement supplémentaire, sans quoi tu vas choper la mort.
  • Constante 7: conclusion de la constante 6 et de son corollaire: en trek, ça ne sert à rien d’être mouillé ni d’avoir froid.
  • Constante 8: si tu as le choix entre le camping et le bivouac, préfère le bivouac, ainsi paix et silence seront tes compagnons, tandis qu’en camping bruit et vaine agitation tu trouveras.
  • Constante 9: en trek, tu as toujours besoin du truc que tu n’as pas pris en pensant qu’il ne servirait pas. En revanche, si tu prends tout, rien ne servira.
  • Constante 10: en trek, pour monter, descendre tu devras et vice-versa.

Nous nous réservons le droit de compléter les travaux du grand Marius Trek au fil de nos propres découvertes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *